Eloge de la pelure

… ou louange du copeau, ode à l’épluchure, à la gratture et à la rognure… à ces bribes de terre qui s’amoncellent régulièrement dans l’atelier.

Car lorsque l’on a tourné un pot et que l’argile s’est raffermie un jour ou deux, ce pot est replacé sur le tour, tête en bas, et le potier travaille à la manière du tourneur sur bois, avec mirettes, tournassins, estèques et autres outils tranchants du tournassage.

Surgissent alors des formes intéressantes, évocatrices, éphémères, fragiles et qui redeviendront, après recyclage, une argile plastique qui sera façonnée à nouveau.